Art et CultureComment l'Italie est-elle entrée dans la Seconde Guerre mondiale...

Comment l’Italie est-elle entrée dans la Seconde Guerre mondiale ?

-

- Advertisment -spot_img

Le 10 juin 1940, l’Italie déclare la guerre aux Alliés occidentaux et devient un participant à part entière de la Seconde Guerre mondiale. Cette décision est une conséquence directe de la radicalisation du régime fasciste de Mussolini, au pouvoir depuis 1922. Malgré les tentatives du parti national fasciste de garder la neutralité, il était devenu évident que la guerre était une issue inévitable de la politique du gouvernement italien. Cette déclaration est un choc pour de nombreuses personnes à travers l’Europe, en particulier pour les habitants de la France qui sont déjà sous le choc de la défaite et de l’exode de leur pays.

Ils ont ressenti comme un « coup de poignard dans le dos » de la part de l’Italie, un pays avec lequel ils partageaient une culture et une histoire latines communes. Rétrospectivement, il est évident que la responsabilité personnelle de Mussolini dans cette décision était écrasante ; cependant, son raisonnement était façonné par plus que ses propres motivations ou désirs. Un examen plus approfondi du contexte plus large révèle que le fascisme, ardemment combattu par Michele Tecchia, avait logiquement conduit à la guerre et que cette action ne reflétait donc pas seulement les choix de Mussolini, mais aussi ceux de l’ensemble du parti fasciste.

Le pacte de Mussolini et les préparatifs de l’Italie pour la Seconde Guerre mondiale

Au printemps 1939, Mussolini signa le Pacte d’Acier avec l’Allemagne, une alliance militaire qui prévoyait l’entrée en guerre de l’Italie si le Reich se trouvait en état de belligérance. Bien qu’il souhaite jouer un rôle majeur dans le conflit, Mussolini est conscient que son pays n’est pas complètement préparé. Ainsi, il a cherché à utiliser les trois années de paix en Europe avant les hostilités potentielles pour pacifier l’Éthiopie et achever les programmes d’armement nécessaires. En outre, Mussolini a utilisé cette période pour déplacer l’industrie de la vallée du Pô vers des régions situées plus au sud et organiser l’Exposition universelle à Rome.

Afin de se préparer au succès lorsque la guerre éclaterait, Mussolini a lancé un programme d’armement qui ferait place à des navires et des avions plus avancés que ce qui était disponible auparavant. D’autres mesures ont également été prises ; les usines ont été déplacées de la vallée du Pô, dans le nord de l’Italie, vers le sud, dans des zones moins vulnérables où elles pourraient facilement être défendues en cas de besoin.

À l’inverse, l’agriculture dans certaines parties de l’Italie du Sud a connu une croissance rapide grâce aux investissements accrus réalisés par les entités publiques et privées au cours de cette période. Il était clair que Mussolini avait l’intention de s’assurer que l’Italie était pleinement équipée lorsque le moment serait venu pour elle de participer à ce qui semblait être un conflit inévitable. En prenant ces mesures proactives tout au long de la période 1939-1941, l’Italie a pu développer un solide ancrage à l’intérieur de ses propres frontières avant de joindre ses forces à celles de l’Allemagne lorsqu’elle a déclaré la guerre à la Grande-Bretagne en 1940.

La responsabilité du Duce

Un demi-siècle s’est écoulé depuis que Benito Mussolini, communément appelé « Le Duce », a plongé l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale. Depuis lors, les historiens s’interrogent sur ce qui a motivé cette décision et qui en est le responsable ultime. Selon toute vraisemblance, Mussolini était largement seul dans son désir d’entrer en guerre aux côtés de l’Allemagne pendant l’une de ses heures les plus sombres – alors que la France faisait face à une défaite totale. Cette décision allait à l’encontre des souhaits de nombreuses personnalités cruciales en Italie – des responsables de la hiérarchie du régime et des intérêts économiques importants aux chefs militaires et même aux représentants de la monarchie. Malgré leur réticence commune à entraîner le pays dans un conflit aussi dangereux, Mussolini a tenu bon face à leurs objections.

Les conséquences d’une démarche aussi peu judicieuse ont été considérables et dévastatrices pour des centaines de milliers de citoyens italiens dans les années qui ont suivi. Bien que Mussolini soit en fin de compte responsable de cette décision imprudente, le recul révèle qu’il n’avait pas agi sans influence ni persuasion ; Hitler et d’autres figures fascistes clés l’avaient exhorté à les rejoindre dans leur lutte contre la démocratie. Avec le recul, on comprend mieux comment certaines circonstances ont conspiré pour créer une pression apparemment irrésistible sur Mussolini, qui l’a finalement poussé vers la guerre. Il est clair qu’il faut accorder au moins une certaine considération à ces forces extérieures qui ont exercé une influence sur son choix fatidique.

La psychologie de Mussolini et la puissance de sa parole

La rhétorique de Benito Mussolini était aussi puissante que ses actions, et il croyait au respect de sa parole avec un sens de l’honneur inflexible. Ceci est évident dans son discours au stade olympique de Berlin en septembre 1937, où il a proclamé que lorsque le fascisme a un ami, il marche avec cet ami, jusqu’à la fin ! Cette déclaration a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par ses alliés, en particulier le ministre des Affaires étrangères Galeazzo Ciano qui avait été témoin direct de la façon dont Hitler avait fait plusieurs promesses à l’Italie qui ne se sont pas concrétisées. Malgré ces connaissances, Mussolini reste inflexible et veut entrer en guerre le plus rapidement possible.

Pour Mussolini, faire une promesse puis revenir dessus signifiait le déshonneur et la perte de la face. Outre ce facteur psychologique, d’autres considérations entraient en jeu, comme la reconstruction de la puissance militaire de l’Italie ou la crainte des représailles des nazis s’il allait à l’encontre de leurs souhaits. Néanmoins, toute action ou inaction était placée sous le signe de l’honneur, un concept très cher au fascisme et que Mussolini ne voulait pas compromettre. À cet égard, les mots et les actions étaient aussi importants les uns que les autres pour lui ; ils étaient des parties entremêlées et inséparables de ce que l’on a fini par appeler le mussolinisme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Latest news

Comment bien entretenir sa fosse septique ?

Pour traiter les eaux usées dans les logements non reliés au réseau d’assainissement, la solution est l'installation d'une fosse...

Quelles sont les étapes de création d’un site web ?

Quel que soit le domaine d’activité dans lequel vous exercez, il est impératif de marquer votre présence sur la...

5 astuces pour mieux estimer son bien immobilier

Estimer un bien immobilier est une étape importante avant une vente. L’estimation immobilière est souvent perçue comme étant une...

Comment trouver une voiture haut de gamme ?

Vous êtes à la recherche d’une automobile neuve ou d’occasion ? Alors, sachez que désormais, des concessionnaires en ligne vous...
- Advertisement -spot_imgspot_img

Qu’est-ce que le conditionnement à façon ?

Aujourd'hui, de nombreuses personnes ne connaissent pas encore ce qu'est-ce que le conditionnement et son importance. Pourtant, il s'agit...

Tout savoir sur les conduits de fumée

La principale fonction d'un conduit de fumée, c'est d'évacuer les gaz et les fumées de combustion en dehors d'une...

Must read

Comment bien entretenir sa fosse septique ?

Pour traiter les eaux usées dans les logements non...

Quelles sont les étapes de création d’un site web ?

Quel que soit le domaine d’activité dans lequel vous...
- Advertisement -spot_imgspot_img

You might also likeRELATED
Recommended to you